Date de publication : 15.01.14 Imprimer
Les grognards sont de retour

Les grognards sont de retour

Haro sur la christianophobie ! En France les chrétiens sont de plus en plus à dénoncer les nombreux actes contre leur communauté. A tort ou à raison ?

Chrétiens, chrétiennes, on vous ment, on vous manipule ! On spolie vos libertés. On exploite votre candeur.

Sur ce discours naquit le Parti des Chrétiens Furieux, PCF pour les intimes (une chaste intimité, est-il nécessaire de le rappeler). A sa tête : Arlette de La Guiller, mère de famille nombreuse, Versaillaise de surcroît, twittos entre deux conduites.

La belle inconnue devint en quelques mois le centre des discussions de bonne famille. A la maison, chez les potes, au resto, à la chaire, et même jusqu’aux coins les plus tranquilles (que celui qui n’a jamais lu Famille Chrétienne aux toilettes me jette la première pierre) ! Ma curiosité ainsi piquée au vif, je ne me retins pas d’aller écouter ses diatribes jouissives, au théâtre du Poing d’Or.

« C’est la lutte finale » 

Sa manière d’haranguer la foule me conquit immédiatement. Son leitmotiv ? Du deux poids deux mesures, faisons table rase. Morceau choisi : « Chrétiens, chrétiennes. Le gouvernement condamne fermement Dieudonné et ses spectacles, au nom de la dignité humaine. Quid des Femen qui, seins nus et poitrail peinturluré, miment l’avortement de Jésus dans l’église de la Madeleine ? Les CRS gazent vos enfants sans défense et vos parents impotents venus manifester paisiblement. Ils embarquent vos jeunes en garde à vue sans aucun motif de condamnation. Quid des hooligans parisiens, assoiffés d’émeutes, au casier plein à craquer ? Le président adresse ses vœux aux musulmans à l’occasion de la fête de l’Aïd. Quid des Français à Noël ? Trop, c’est trop. Indignez-vous. Acceptez-vous les profanations des églises ? Non ! L’indifférence générale ? Non ! La disparition programmée des chrétiens ? Non ! »

Depuis, je ne peux plus me passer de prier le Notre Père le poing levé, enfin, si je n’ai pas mon iPhone dans la main, trop occupé à lire l’Observatoire de la christianophobie ou à faire défiler les post estampillés #ONLR (On Ne Lâche Rien) de mes camarades du PCF.  Par exemple, peu avant Noël, je suis tombé des nues en consultant le mur des Guides et Scouts d’Europe : l’Eurojam est annulé. Enfin, ce rassemblement décennal de plus de 10 000 ados, n’aura plutôt pas lieu à Metz l’été prochain, comme il était prévu depuis plus de deux ans ! Décision du préfet de Moselle.

Soif de vengeance

Tiens, tiens, comme par hasard. La préfecture avance « les gros risques encourus par des milliers de scouts, sur un site encore truffé de bombes depuis la libération de Metz en 44 ». Mais bien sûr. Et ma grand-mère, c’était Baden Powell ! Mis à part quelques sangliers, combien de chasseurs, de bucherons, de promeneurs du dimanche, de ramasseurs de champignons ont été hachés menu comme chair à pâté en retournant la terre de cette grande forêt ? Si un jeune s’explose une main, me répond-on, l’Etat en sera tenu pour responsable. Soit, mieux vaut prévenir que guérir. Principe de précaution quand tu nous tiens (par les burettes).

Pourquoi la préfecture a tant tardé à donner son autorisation ? J’ai demandé des explications à l’un des instigateurs de l’événement. Selon lui, l’avis du préfet aurait pu être donné dès le début de l’été 2013. Mais, malgré des relations constantes entre les scouts et les services de l’Etat depuis le lancement du projet, «des réunions ont été ajournées jusqu’en décembre». La préfecture avait-elle la ferme intention de faire capoter l’Eurojam, ne laissant aucun temps aux scouts de se retourner ? 

On va alors me rétorquer que les élus locaux, tous socialistes, étaient enthousiastes d’accueillir des milliers de jeunes. Metz Métropole s’était même proposé de gérer gracieusement les déchets. On imagine le coup de pub. D’autant plus que l’Eurojam célébrait la figure de Robert Schuman, dont la maison est située dans la banlieue de Metz. Imaginez 10 000 jeunes venus des quatre coins du Vieux Continent se recueillir devant la tombe du « Père de l’Europe ». Image à portée symbolique et médiatique ! N’empêche, l’Etat s’en contrefout des intérêts locaux de ses élus, fussent-ils du parti majoritaire. Non, il aspire à insuffler son idéologie dans tous les pores de la société.

L’armée sous pression ?

Mes détracteurs me diront également que les Guides et Scouts d’Europe auraient pu fournir le dossier d’autorisation à la préfecture bien plus tôt qu’à la mi-2013. Ils auraient pu. Mais l’armée leur en a empêché. Comment ça ? Les jeunes devaient camper en premier lieu sur un site militaire recommandé par l’armée elle-même… avant qu’elle ne se rétracte, le terrain « étant trop accidenté » par la présence de nombreux forts. Peur d’endosser la responsabilité d’un éventuel accident ou pression politique ? Toujours est-il qu’il a fallu trouver un autre site et demandé une nouvelle expertise, ce qui prend du temps. Je vous le dis, dès le départ, le terrain était miné. Chrétiens, chrétiennes, on vous ment, on vous manipule !

Bon, on a bien rigolé avec Arlette, ses meetings aux relents paranoïaques, mais plus sérieusement : quand bien même tout cela serait avéré, pleurer sur notre pauvre sort de chrétiens martyrisés, de citoyens criblés d’impôts, etc. ne fera pas avancer le schmilblick. Voir le mal partout nous pousserait même à être a priori malveillants sur une quelconque décision politique. Nous enfoncer dans le pessimisme et l’alarmisme nous encouragerait à détester nos institutions et notre pays.

Alors comment réagir ? Je suis touché par l’attitude des Guides et Scouts d’Europe, qui, sans nul doute, jouent au plus fin. Aucune complainte. Aucun appel à la révolte. Aucune théorie du complot agitée. Non, ils ont pris acte sans moufter. « Le scout est loyal à son pays » rappelle la loi scoute. Il a surtout le sens du concret. On aurait pu s’arrêter là et supprimer l’Eurojam, quitte à faire de nombreux déçus. Raté : un nouveau lieu a été proposé, un plan B, en Normandie, près de l’Aigle. Même si le site est clean et ne présente aucun risque, ça n’est pas encore gagné, la préfecture de l’Orne n’a toujours pas donné son aval. Verdict d’ici la fin janvier. En cas de refus, l’Eurojam sera reporté, mais, non annulé. Là est l’essentiel : la bienveillance (sans naïveté) et la détermination (sans exaspération). Chrétiens, chrétiennes, citoyens, citoyennes, travailleurs, travailleuses, quoi qu’en dise Arlette, ne nous trompons pas de combat !

  • Alex

    Ne nous trompons pas de combat. Parfaitement d’accord avec vous. J’ai vu ces derniers temps quantité d’énergies déployées. Mais qui est notre véritable ennemi ? Ou se trouve t il ? Quelles sont nos armes ? Saint Ignace y a si bien répondu. Alors à quand un article sur le combat du chrétien ?