Date de publication : 06.06.13 Imprimer
Le ghetto catho ?

Le ghetto catho ?

« Les dictatures fomentent l’oppression, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu’elles fomentent l’idiotie »

Jorge Luis Borges

 

Ma génération n’a pas connu la guerre. Je m’étais toujours dit que ça finirait bien par nous tomber dessus – tout en flippant d’être si peu préparé. Finalement, même s’il n’est pas dit qu’on ne finisse pas par se battre avec un voisin pénible, il semblerait qu’avant ça, on ait d’abord à se taper une forme insidieuse, quoique classique finalement, de dictature.

 

En tout cas, pour peu qu’on se place sur un plan purement ethnologique, c’est assez fascinant de la voir se mettre en place, avec son lot de propagande médiatique, de désignation d’ennemis imaginaires, de tentative d’intimidation, d’arrestations arbitraires, de justice à deux vitesses, d’idéologie dominante, de formatage des esprits et de rééducation de l’enfance.

 

Une seule chose me chiffonne dans ce raisonnement : à lire les commentaires sous les dizaines d’articles sur le sujet, il semblerait que les partisans de Hollande, ou tout du moins de la loi Taubira, estiment qu’il se passait la même chose « avant », quand c’était eux qui défilaient dans la rue et qui protestaient contre le gouvernement.

 

Aïe… Notre démocratie cacherait-elle une dictature ??

 

Des tas de gens super brillants se posent actuellement la question, j’espère bien lire leurs réponses histoire de me faire une opinion (pendant que c’est encore autorisé).

 

Ma question, plus prosaïque, après avoir découvert ces 5 derniers mois tous les itinéraires pour faire à pied Gare de Lyon- la Tour Eiffel, serait plutôt : et maintenant, on fait quoi ?

 

J’imagine que sous une dictature, on écrit des pamphlets distribués sous le manteau, on s’organise en réseau discret, on rétablit par le bouche à oreille les vérités que le dictateur occulte, on explique aux enfants qu’il existe autre chose, d’autres schémas plus respectueux de ce qu’on conçoit de l’Homme, on trouble le pouvoir par surprise, comme ces « invités » à des concerts organisés par le Parti en Pologne qui, dès la première note, se levaient pour applaudir des heures durant et empêcher ainsi la bonne tenue de la prestation sans pour autant être réprimés. Et puis parfois, certains, sont réprimés pour des actions plus offensives.

 

Finalement tout cela est déjà en place : les blogs, les réseaux, les troubles pacifiques et d’autres un poil plus incisifs. Donc nous sommes sur la bonne voie. Tranquille.

 

Il nous reste encore à investir les associations de parents d’élèves (vous savez, le truc où personne ne veut être élu en début d’année), les associations familiales, les partis politiques, les arts, les médias (ce sera le plus dur certainement…), pour faire passer activement nos idées. A coup de lacrymo et en nous ignorant, on veut nous faire nous replier sur nous-mêmes, bien au chaud dans nos paroisses, nos écoles privées hors contrat, nos troupes scoutes et nos entreprises catho-friendly. Comme un genre de ghetto volontaire. C’est mal nous connaître ! Nous sommes libres et nous comptons bien proposer cette liberté au monde !

 

Oui à l’infiltration, non à la ghettoïsation !

Ce gouvernement, et peut-être bien celui d’avant et celui d’avant encore et celui d’avant celui- d-avant-encore, est clairement tenu et motivé par le pognon. Le retour d’ascenseur par la loi Taubira à des financeurs comme Pierre Bergé ou Jean-Jacques Augier, trésorier de la campagne présidentielle et nouveau propriétaire de Têtu, laisse peu de doute. Il règne par l’argent, il périra par l’argent.

 

Nous, nous sommes motivés par la vérité et l’amour.

 

Nous vaincrons. Tôt ou tard.

 

Et parce que la victoire est certaine, nous sommes aujourd’hui déjà vainqueurs.

 

La Mouche du Coche, infiltrée