Date de publication : 23.04.12 Imprimer
En chantant !

En chantant !

C’est le printemps, les oiseaux ne sont pas les seuls à chanter…

 

La vie…

 

Jeudi dernier, 5 avril 2012, France 2 présentait en troisième partie de son émission Envoyé Spécial un reportage sur les « anti-IVG ». A grand renfort de musique dramatique et d’effet caméra cachée les journalistes ont décortiqués une nouvelle fois les mouvements « pro-vie », leurs affiliations plus ou moins discrètes, leurs ténors et leurs procédés audacieux. Après avoir exploré les méandres de ces réseaux, le reportage s’est attaché à décrire une facette nouvelle de ce mouvement pro-vie. Jeune, décomplexé, adepte des réseaux sociaux et de la communication, joyeux.

 

C’est sous ces caractéristiques que le nouveau visage des « anti-IVG » apparait. Des camions sono, des ballons, des animateurs jeunes, de la musique techno : A Bordeaux comme à Paris, à Bruxelles et un peu partout en France et en Europe tous marchent pour la vie ; chantent la vie et la famille.

Ces pro-vie seraient-ils alors à leur tour victime de leur temps ; partisans de la forme sur le fond ? Si tôt qu’on aurait feint de le croire, les investigateurs s’activent à montrer l’envers du décor : les dérives, les relents ressurgissent du passé : Ce sont « les mêmes ».

Conclusion : les nouveaux mouvements « pro-vie » n’arrivent donc pas à rompre avec cet héritage.

 

Mais pourquoi le feraient-ils ? Pourquoi faudrait-t-il qu’ils soient eux-aussi le jeu des médias et de la sur-médiatisation de la vie politique, au détriment du débat de fond ? A l’instar d’autres tendances, ce mouvement apparait en effet comme pluriel dans ses procédés, mais unifié autour d’une seule et même raison : la défense de la vie ; de sa conception à sa mort naturelle… Qu’ils chantent !

 

La vie c’est plus marrant,

C’est moins désespérant

En chantant. (1)

L’amour…

 

« A un lecteur du « Parisien » qui lui demandait s’il avait quelque chose contre le mariage, François Hollande a répondu « rien du tout ». « Je n’exclus rien de ce côté-là mais c’est une question qui concerne Valérie et moi » » (Le Figaro, 11 avril 2012).

 

« Rien du tout »…on le sait bien ! Le candidat socialiste est le chantre, s’il en est, du mariage homosexuel durant cette campagne présidentielle. Le pauvre en avait pourtant perdu la voix (plusieurs ?), lorsque l’Assemblée Nationale avait rejeté en juin 2011 un projet de loi socialiste visant à ouvrir le mariage aux couples homosexuels. Il prévoit toujours de proposer un nouveau projet de loi ; s’il est élu, au plus tard au printemps 2013.

 

Lorsque la gauche est désormais unanime, la droite est encore –selon le mot journalistique- plus timide ; réticente. C’est que, explique Nicolas Sarkozy, ce mariage homosexuel « ouvrirait la porte à l’adoption ». Mais qui osera dire, au nom de la République Française qu’ils briguent de représenter, que cette loi est contraire aux valeurs de la France ? Qui sera assez courageux pour couper court aux pressions des lobbies « LGBT », (minoritaires au sein de leur communauté) dans leur combat pour le mariage gay ? Alors que périclite le mariage [traditionnel](?), certains hommes politiques continuent leur rengaine, martelant encore davantage le refrain de la modernité et de la liberté des mœurs à outrance.

« Vous chantiez ? J’en suis fort aise »…quand danseront-t-ils ?

 

L’amour c’est plus marrant,

C’est moins désespérant

En chantant.

 

Le monde…

 

Plus loin, en Syrie, ce sont les lendemains qui voudraient à leur tour chanter, au diapason des révolutions de l’histoire et de leurs corollaires arabes («Nous bâtirons un lendemain qui chante.», Paul Vaillant-Couturier).

Le dossier syrien est le sujet brulant de la politique étrangère actuelle de la France, qui s’est engagée de façon ferme en faveur de l’opposition au régime de Bachar Al-Assad.

Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ne reculeront pas –semble-t-il,  et réclament de la part de l’ONU et des instances européennes des sanctions envers Damas.

 

On sait depuis peu ce qu’il advient des peuples libérés grâce au concours des démocraties occidentales, soutenant les rebelles au nom de principes universels. Mais Al-Qaïda ne signifie-t-il pas déjà « le Monde » ? Pourquoi voudraient-ils s’embarrasser d’un schéma de pensée politique supplémentaire, sitôt que ce dernier les a fournis en armes ?! Remercions les philosophes occidentaux (un certain BécHameL, la crème des crèmes)  d’avoir mis la main à la pâte ! On ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs…

 

Et en cœur, reprenons avec les Islamistes ayant franchi les frontières maliennes : « La victoire en chantant, nous ouvre la barrière…»

 

Le monde est plus marrant,

C’est moins désespérant

En chantant.

 

 

Trois sujets ; l’avortement et l’euthanasie, le mariage homosexuel et la politique étrangère de la France, qui participent du débat politique en cours. Trois couplets qui s’ajoutent à la litanie des revendications et des promesses de nos candidats, parmi lesquels il faudra bientôt choisir un chef d’orchestre…

 

Tous ensembles :

Et c’est tellement plus mignon

De se faire traiter de con[citoyen]

En chanson !

 

(1) : «En Chantant», Michel Sardou

  • lmdc

    c’était visionnaire… hélas! Mais enfin la mémoire quasi éternelle d’internet sera là lorsque l’Histoire relira les tristes choix de nos gouvernants.