Date de publication : 05.04.12 Imprimer
Benoît à Mexico. Et moi, et moi, et moi ?

Benoît à Mexico. Et moi, et moi, et moi ?

Pour la seconde fois depuis qu’il a été élu pape en 2009, Benoit XVI s’est rendu en Amérique latine, et notamment au Mexique. Deux enjeux principaux sont évoqués pour justifier ce déplacement dans une région du monde où vivent plus de la moitié des Catholiques [i]: le trafic de drogue, fléau national, et la diminution du nombre de fidèles catholiques [1]. Cela peut sembler bien loin de nos préoccupations. En quoi cela nous concerne-t-il, nous qui fêterons bientôt Pâques dans notre village gaulois? Qu’ai-je à voir avec un Mexicain, et encore plus avec les évolutions socio-confessionnelles sous le soleil de Mexico ?

 

Plus qu’il n’y paraît au premier regard…

… Ce voyage du pape au Mexique nous interroge sur notre responsabilité de consommateur, mais aussi sur notre place dans l’Eglise.

 

Notre responsabilité de consommateur ?

La guerre menée depuis 2006 par le président du Mexique, Felipe Calderon, contre les trafiquants de drogue, a révélé la violence consubstantielle au commerce illégal de stupéfiants. 45 000 personnes seraient mortes depuis 2006, dans ce bras de fer contre la criminalité organisée. Cette même drogue qui alimente les marchés occidentaux. Que je sois consommatrice ou non de ces produits, ce phénomène me rappelle que dans un monde globalisé, nous sommes tous plus que jamais interdépendants. Nous sommes tous solidaires, même si certains sont plus touchés que d’autres, pour le meilleur comme pour le pire. De la drogue au chocolat, du commerce illégal au commerce inéquitable, ma responsabilité consiste à m’interroger sur l’impact de mes actes… Même si bien sur, il n’existe pas « d’impact 0 »[2].

Ma place dans l’Eglise ?

Trop sévère, trop éloignée des pauvres[3], trop peu dotée en prêtres… La liste est longue, et non exhaustive, des facteurs expliquant la désaffectation dont souffre aujourd’hui l’Eglise catholique en Amérique latine. Second pays au monde en nombres de Catholiques, le Mexique connaît une lente érosion, puisque désormais 88% de la population se décrit comme catholique, contre 98% au début du siècle dernier. Cette tendance, encore plus visible au Brésil, est concomitante avec une augmentation du nombre de Protestants. En quoi cela éclaire-t-il ma propre route ? De deux manières. D’abord, parce que la longue liste des reproches adressés à l’Eglise ressemble étrangement à mes propres doutes. Un chrétien seul est un chrétien mort : j’ai besoin de l’Eglise, et en même temps, l’Eglise catholique m’irrite par endroits. Que faire ? Partir ?… M’engager plutôt, avancer un pas de plus en avant vers la réconciliation, pour être acteur, et non plus observateur critique: « Aussi un membre ne peut souffrir, que tous les membres ne souffrent, un membre ne peut être à l’honneur, que tous les membres ne se réjouissent avec lui  » (ga 7). Une réconciliation aussi avec tous les Chrétiens, et il s’agit là de la seconde lumière mexicaine sur ma route. Le nombre de Catholiques diminuent, le nombre de Protestants augmentent. Que signifient ces distinctions ? L’essentiel n’est-il pas dans la transmission du message du Christ, que le veilleur se revendique de Benoit, ou de Luther [ii] ? « Vous tous, en effet, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ ; il n’y a ni Juif ni Grec, il n’y a ni esclave ni homme libre, il n’y a ni homme ni femme ; car tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus  » (Ga 3,27-28)


[1] Article La Croix : Recul du Catholicisme en Amérique du Sud

[2] La version extrême (et teintée d’humour) de cette tentation de l’impact zéro aux accents moralisateurs ressemble à cela: http://noimpactman.typepad.com/

[3] Notamment depuis la prise de distance de Rome vis-à-vis de la théologie de la libération sous le pontificat de Jean-Paul II.

 

[i] Près de 28% des Catholiques vivent en Amérique latine, http://www.zenit.org/article-30361?l=french

[ii] Je n’ignore pas pour autant la diversité du protestantisme, et les méfaits de certains groupes qui se réclament du Christ