Date de publication : 12.12.11 Imprimer
Intouchables : l’amitié, un passeport vers la liberté

Intouchables : l’amitié, un passeport vers la liberté

Intouchables est un film qui abolit les frontières sociales. Et humaines. Il y est bien sur question de l’entre soi, de la fracture entre les banlieues et les « beaux » quartiers. Mais il y est aussi question de deux intouchables qui, en se rencontrant, se libèrent de leurs chaînes.
Philippe, cloué dans son fauteuil, se cogne contre la pitié de son entourage, et n’ose espérer toucher à nouveau une femme. Driss, quant à lui, est infréquentable parce qu’il vient de banlieues, et après un passage en prison, il n’imagine même plus pouvoir trouver un travail. Deux solitudes handicapées qui, confrontés à l’une à l’autre, découvrent leurs propres servitudes.

Pourquoi Philippe choisit-il d’employer Driss ? Parce que le jeune homme n’a pas cette fausse politesse qui masque un embarras, une gêne, ou une indifférence. Les autres aides à domicile de Philippe n’osaient même pas s’approcher du malade lorsqu’il étouffait la nuit, et tous se cachaient derrière des mots. Dans la même situation, Driss prend Philippe à bras le corps, l’entoure de paroles qui le rassurent, enfin, il l’emmène à l’air libre.
Driss tranche par l’acuité de son regard. Dans l’hôtel particulier de l’île-Saint-Louis, il bouscule les certitudes du quotidien. Depuis 6 mois, Philippe entretient une relation épistolaire avec une inconnue. Sa secrétaire joue les scribes en silence. Driss observe, s’étonne, force Philippe à appeler pour la première fois la dulcinée. Reste encore pour Driss à devancer les appréhensions de Philippe, à provoquer l’entrevue entre Philippe et l’amatrice de poèmes. Driss est hors de portée, tant son audace laisse abasourdis les autres employés de Philippe.
Pourquoi Driss accepte-t-il de risquer cette aventure ? Parce qu’elle lui permet à lui aussi de se dépasser. Lorsqu’il s’essaye au parapente avec Philippe, la situation s’inverse : Driss doit vaincre ses peurs, il est à son tour vulnérable. Mais aussi parce qu’il a besoin de la confiance de son employé. Elle autorise Driss à se dévoiler, à raconter comment il a été adopté. Cette confiance mutuelle s’offre comme un nouveau départ, elle aide Driss à assumer ses responsabilités auprès des siens, et notamment auprès de son petit frère, en manque de repères.

Les intouchables se laissent transformés par l’amitié. Délivrés de leurs peurs, ils ne sont plus des parias, mais des hommes en route vers leurs frères.