Date de publication : 23.05.11 Imprimer
Affaire DSK : la France veut revoir le système judiciaire américain

Affaire DSK : la France veut revoir le système judiciaire américain

Loin de moi l’idée de porter un quelconque jugement sur Dominique Strauss-Kahn, notre « star » du moment.

Non, aujourd’hui, ce n’est pas lui qui m’intéresse.

Je ne parlerai pas non plus de son éventuelle innocence ou d’une possible culpabilité.  Je ne jouerai pas « les experts à New York », ni la psychologue de bas étages colporteuse de théories fumeuses.  Je suppose que comme moi, vous avez été confronté à des débats agités dans des salons bien mis, où chacun en va de sa petite idée : l’un s’offusque du comportement d’addict sexuel de l’homme politique, tandis que l’autre se scandalise de la manière dont l’accusé est jeté en pâture aux médias du monde entier, pendant que l’autre encore s’égare dans une passionnante théorie du complot qui nous plonge dans un roman « façon Raspail ».

Pourtant, il y a un aspect de cette affaire qui m’a semblé être passée sous silence, ou seulement chuchotée : avez-vous écouté les médias français parler de la justice américaine ?

Avez-vous entendu avec quel dédain certains journalistes et politiciens ont craché sur le système judiciaire des Etats-Unis ? J’ai relevé les termes « de machine infernale », de « justice inhumaine », et bien d’autres encore.
De quel droit, de quel pied d’estale se permet-t-on de porter de tels jugements ?

  • La justice française est-elle plus glorieuse ? La présomption d’innocence en France a sûrement découragé bien des victimes à l’idée qu’une fois la plainte posée, leur agresseur serait protégé, relâché dans la nature et jugé des mois plus tard.
  • S’offusquait-on devant les images de l’arrestation de Gbagbo au moins tout aussi humiliante il y a un mois ?
  • Aurait-on osé en France jugé un jour un homme de pouvoir ?